La librairie de l’éco BFM Business

La librairie de l’éco BFM Business

Extrait de l’émission La libraire de l’Éco présentée par Emmanuel Lechypre, sur BFM Business. Diffusion le 30/08/2019. Invité : Ofer Attali, président de la plateforme d’innovation AYNO. Durée 5 minutes 22.

Ofer, vous êtes entrepreneur, fondateur de AYNO, spécialiste de l’innovation collaborative et vous publiez « Innovation, du mythe à la réalité. », éditions 1min30. On a l’impression que le mot innovation, toutes les entreprises l’utilisent et le mettent à toutes les sauces.

J’aimerais vous demander, c’est quoi une entreprise vraiment innovante ?

Ce qu’est une entreprise innovante, c’est une vraie question. Selon moi et si je devais résumer d’une manière très simple, c’est une entreprise qui accepte de se remettre en question même quand ça va bien.

Une startup c’est dans son ADN, c’est comme ça qu’elle se construit donc elle est forcément innovante. Elle n’a pas d’autres choix et l’innovation c’est un point essentiel.

La grosse boîte, elle fonctionne, elle a un marché et elle a un business mais elle a besoin de conserver ce business. C’est là où l’entreprise est confrontée à une sorte de dilemme, qui est de conserver un existant en espérant que ça va tenir le plus longtemps possible ou bien de se remettre en question et rentrer dans des processus d’innovation pour préparer le coup d’après.

Le problème c’est qu’une fois qu’on a décidé d’innover, on fait comment ? Vous dîtes, dans votre livre, que l’innovation ça ne demande ni responsabilité, ni diplôme, ni talent… et en plus vous distinguez un nombre très important de formes d’innovations différentes : l’innovation incrémentale, l’innovation de rupture, l’innovation adjacente par exemple qu’est-ce que c’est ?

L’innovation adjacente, c’est réussir à partir d’un produit ou un service existant, à développer un produit ou une offre innovante qui serait connectée ou en liaison avec un produit ou un service. C’est une sorte d’up selling d’un produit et une forme d’innovation qui permet d’augmenter son volume d’affaires.

Sauf que quand on se lance dans l’innovation, on ne décrète pas que l’on va faire de l’innovation incrémentale, l’innovation de rupture, l’innovation adjacente…, alors concrètement comment ça se passe ? Comment on industrialise le processus d’innovation ?

On ne le décrète pas mais on fait quand même des choix. C’est-à-dire que décider d’aller à la recherche d’une innovation de rupture, ce n’est pas du tout la même démarche que de faire de l’innovation incrémentale ou de l’amélioration continue. L’innovation de rupture, dans la construction du programme d’innovation, c’est la décision de chercher quelque chose qui va vraiment être en rupture avec l’existant, donc qui va nécessairement tout remettre en cause.

Tout le monde n’est pas prêt à faire ça, les entreprises ne sont pas forcément capables de dire en prenant l’exemple de Kodak : on va arrêter l’argentique, on va mettre en place une innovation de rupture et on va se lancer dans le numérique. Ils n’ont pas été capables de le faire. Ce n’était peut-être pas non plus le bon moment pour le faire à l’époque mais il y avait un choix qui était de chercher de l’innovation à travers l’amélioration de l’existant plutôt que de casser un marché pour en inventer un autre. Ça ne se décrète pas mais ça se décide. On met en place un programme qui va à la recherche d’un ou plusieurs types d’innovation, en sachant ce que l’on veut trouver.

C’est quoi le principal frein à l’innovation ? Est-ce que c’est la peur de se tromper ?

En France, un des freins importants à l’innovation c’est le rapport à l’échec. Aujourd’hui, dans la majorité des entreprises, un échec est perçu comme étant quelque chose de négatif, alors que dans le monde anglo-saxon, c’est plutôt perçu comme l’occasion d’apprendre.

C’est surtout une opportunité pour recommencer en ne faisant pas les mêmes erreurs, et en essayant d’améliorer la démarche.

Quel rôle joue l’intelligence artificielle aujourd’hui dans les processus d’innovation ? Est-ce que ça rend l’innovation plus facile, ou au contraire il y a des pièges ?

Le piège de l’intelligence artificielle d’une manière générale, c’est de penser qu’elle va être capable de remplacer ce que l’intelligence humaine est capable de faire. L’intelligence artificielle est très loin d’atteindre les capacités intellectuelles et les capacités de réflexion d’un être humain.

Les modèles et la construction de l’intelligence artificielle ne sont même pas calqués sur le schéma de pensée du cerveau car de toute façon nous ne l’avons pas encore bien compris.

Ce que l’intelligence artificielle peut faire, c’est aider ! C’est de l’assistance décisionnelle, car ça permet de raccourcir les cycles, de prendre des décisions avec plus de certitudes et surtout avec plus de vélocité. Probablement aussi, ça permet d’éviter un certain nombre d’erreurs que l’on aurait faites si on avait besoin d’explorer beaucoup de voies que l’intelligence artificielle permet d’écarter.

Je termine avec une citation géniale que vous avez dans votre livre : « Innover ce n’est pas avoir une nouvelle idée, mais c’est arrêter d’avoir une vieille idée ».

Pour moi, c’est vraiment ça une entreprise innovante. C’est une entreprise qui est capable d’arrêter de se dire que ses précédents schémas sont toujours les bons. Il faut arrêter de penser comme on le faisait avant et se dire qu’il faut essayer d’avoir des idées moins mauvaises que l’on avait par le passé.

Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective. Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” ou à nous contacter.

Vous pouvez également commander mon livre sur l’innovation.

[Découvrir Ayno] La fiche idée, un espace de collaboration sociale

[Découvrir Ayno] La fiche idée, un espace de collaboration sociale

« 1 minute, 1 usage ! »

Second épisode de notre série « 1 minute, 1 usage ! » pour  découvrir une fonctionnalité essentielle de notre dispositif d’innovation : l’espace collaboratif de la fiche idée. Un seul but : favoriser l’engagement volontaire et la participation dans une approche co-créative pour transformer rapidement les idées en projets.

Consulter, commenter, partager, évaluer, s’engager, collaborer et défendre un projet … et beaucoup d’autres fonctionnalités à découvrir dans Ayno : contactez-nous pour en savoir plus

[Découvrir Ayno] proposer une idée innovante

[Découvrir Ayno] proposer une idée innovante

« 1 minute, 1 usage ! »

Dans ce premier épisode de notre série « 1 minute, 1 usage ! » vous allez  découvrir comme il est simple et convivial de proposer des idées dans Ayno, essentiellement grâce à l’intégration de technologies de recherche avancées combinées au Machine Learning et aux services cognitifs.

L’ergonomie et la fluidité du processus de dépôt font de chaque utilisation d’Ayno une expérience positive unique et fait d’Ayno une plateforme d’innovation totalement addictive.

Rendez-vous donc chaque semaine pour un nouvel épisode.

Bonne découverte !

 

Pour en apprendre plus sur Ayno

AYNO devient le Netflix de l’innovation

AYNO devient le Netflix de l’innovation

AYNO, notre plateforme 100% dédiée à l’innovation, déjà adoptée par des grands groupes internationaux (Orange, Société Générale, KPMG, L’Oréal…) entre aujourd’hui de plein pied dans l’ère de l’internet prédictif en intégrant dans sa plateforme de l’intelligence artificielle et du Machine Learning.

Depuis plus de 3 ans, Ayno a su faire la démonstration de l’efficacité de sa plateforme d’innovation collaborative en outillant des démarches globales telles que le programme « Oz » d’Orange. AYNO a permis au Groupe de repenser son dispositif d’innovation participative (en place depuis 2007) pour le rendre plus agile, plus collaboratif et nettement plus véloce.

Et c’est le même constat pour beaucoup d’autres sociétés qui souhaitaient, comme Air France ou la Société générale, faire émerger un nouvel esprit intrepreneurial. Avec AYNO, elles ont su révéler leurs talents et leurs potentiels internes ce qui leur a permis de faire émerger des centaines de concepts et de projets particulièrement innovants.

Bien qu’étant déjà une plateforme très performante du fait de l’utilisation d’algorithmes d’assistance décisionnelle et d’une gamification poussée, nous souhaitions aller encore plus loin dans l’intégration d’algorithmes exploitant tout le potentiel de l’analyse prédictive et de l’intelligence artificielle.

L’objectif pour nous, comme pour nos clients, c’est d’innover continuellement pour proposer un système toujours plus efficace qui privilégie l’expérience utilisateur et la simplicité d’usage.

Cette approche a abouti à un nouveau système prédictif combinant intelligence collective et intelligence artificielle, plus à même de proposer à chacun des projets et des idées ayant la plus forte probabilité de susciter de l’intérêt et de l’engagement.

AYNO passe ainsi d’une plateforme dite « passive » qui collecte, structure et met à disposition du contenu innovant, à une plateforme « proactive » et personnalisée qui propose à chacun les contenus qui l’intéressent vraiment.

Le système prédictif AYNO – comment ça marche ?

Inspiré du principe qui ont fait le succès de Netflix qui analyse les comportements des utilisateurs, les sujets clés et la popularité des thématiques, AYNO est désormais en mesure de construire un catalogue personnalisé pertinent pour chacun en accord avec ses centres d’intérêt, ses compétences et ses savoir-faire.

Concrètement, les nouvelles propositions innovantes sont automatiquement analysées par un algorithme cognitif qui identifie des sujets clés et effectue automatiquement un taggage pertinent. Ces tags, une fois associés à l’idée, sont utilisés pour alimenter dynamiquement le profil de centres d’intérêt de chaque visiteur en temps réel.

Des algorithmes affinitaires exploitant ces données et une interface hyper intuitive permettent de trouver des propositions et des idées en accord avec ses centres d’intérêt immédiatement sur la page d’acceuil. Ainsi, identifier un projet et décider de participer à sa réalisation devient un véritable jeu d’enfant.

C’est donc grâce à ce nouveau paradigme, « 100% User Centrique », rendant la collaboration sociale accessible à tous, qu’AYNO ouvre un peu plus la voie à une démarche d’innovation collaborative globale et accompagne efficacement la transformation de nos clients.

http://www.ayno.net/contact/

Comment est né Ayno ?

Depuis plus de 10 ans, Popsi’iT – cultivateur de solutions digitales innovantes et collaboratives – aide ses clients à booster leur innovation interne et externe pour faire émerger des solutions, des produits et des services innovants. Face à l’émergence de l’économie collaborative et de l’intelligence collective, développer un jeu social de l’innovation s’est révélé être une évidence.

« Nous cherchions un moyen d’impliquer et de motiver un maximum de personnes en un minimum de temps, sur la base du volontariat. Inviter les collaborateurs à jouer à innover nous a semblé être la meilleure option. »

Pourquoi Ayno ?

Nous développons depuis de nombreuses années des plateformes d’innovation participative pour des grands groupes tous secteurs confondus (téléphonie, banque, cosmétique, etc). Nous avons beaucoup appris de ces expériences sur le terrain :

  • Il n’y a pas que les idées qui comptent ;
  • On est bien plus créatif(s) quand on s’amuse ;
  • Collaborer, c’est déjà innover

La plateforme Ayno est née de notre volonté d’offrir un outil ludique, performant et clés en main de gestion de l’innovation à toutes les organisations, quelle que soit leur taille, leur timing ou leur localisation tout en tenant compte des enseignements du passé.

En juin 2015, après 18 mois de développement, Ayno a donc vu le jour sous la forme d’un Serious Game de l’innovation en mode SaaS.

Mais Ayno, c’est aussi un outil qui vous accompagnera sur du long terme : grâce à une méthodologie en plusieurs étapes, Ayno pourra vous permettre de concrétiser vos idées en de véritables projets !