Si le collectif a toujours eu beaucoup d’importance en entreprise, nous sommes passés d’une gestion très directive (travailler ensemble, mais côte à côte), à une vision plus participative (travailler ensemble, mais l’un avec l’autre).

Ce changement s’explique par l’impact de l’intelligence collective dans un cadre où les silos et les entreprises pyramidales tendent à reculer au profit d’organisations au management direct, avec des rapports hiérarchiques aplanis.

Cet état d’esprit, que l’on retrouve notamment dans de nombreuses start-up, apporte souvent créativité et énergie en laissant les idées s’exprimer librement. Vecteur de changement, l’intelligence collective peut aussi accompagner le développement de l’innovation et la libération des idées au sein de n’importe quelle organisation.

Qu’entend-on exactement par intelligence collective ?

On pourrait définir l’intelligence collective comme étant la somme des intelligences individuelles des membres d’une équipe, à laquelle on ajoute la puissance provoquée par leur relation.

La différence entre intelligence collective et travail collectif, c’est ce supplément d’âme qui est provoqué par la relation entre les membres du groupe. L’intelligence collective permet de travailler plus efficacement grâce à une mise en commun des compétences, des connaissances, de la créativité, et des capacités de réflexion et de résolution de problèmes dans un but commun.

Si on fait un parallèle avec la nature, on pourrait considérer que les activités des abeilles ou des fourmis constituent des exemples parfaits d’intelligence collective. Dans ces cas, la force du groupe sera toujours plus forte que l’individualité.

L’intelligence collective, c’est donc l’intelligence des équipes de travail. Pour qu’elle soit opérationnelle, elle doit s’inscrire dans un collectif restreint qui est constitué pour faire face à une problématique particulière.

En entreprise, ce sont donc des travaux de groupe habituels, tels qu’on les retrouve dans les brainstorming, les réunions de créativités, les séminaires de direction ou les lancements de produits par exemple. Mais réunir des collaborateurs autour d’un but commun ne suffit pas toujours à générer de l’intelligence collective.

Quelles sont les composantes de l’intelligence collective ?

Chaque individu et chaque groupe évoluent différemment des autres et ne seront pas sensibles aux mêmes stimulus. Toutefois, on peut trouver un certain nombre de dénominateurs communs pour créer un cadre propice à l’épanouissement de l’intelligence collective : 

  • Un esprit d’équipe propre au groupe : dans une équipe sportive ou en entreprise, le principe de motivation est le même. Il faut faire corps pour atteindre un objectif qui ne pourrait être atteint seul. Cet esprit d’équipe se forge au gré des succès remportés et des difficultés rencontrées. Si certains groupes peuvent vivre seuls, la plupart requièrent un coach ou un mentor pour les accompagner.
  • Des codes en commun : en entreprise, on parle un jargon spécifique avec des acronymes particuliers et une technicité que les non-initiés ne comprendraient pas forcément. Parler le même langage signifie s’épanouir au sein d’un écosystème exclusif où l’on maîtrise et partage les mêmes codes.
  • Une mémoire collective : l’intelligence collective se construit grâce au passé. C’est le principe du grand roman national qui se base ici sur une connaissance et le vécu de l’histoire corporate pour intégrer les plus expérimentés avec les nouveaux arrivants.
  • Un objectif commun, partagé et accepté : pour savoir pourquoi on se bat, dans quel but et avec quel moyen.
  • Une collaboration nécessaire : chaque membre doit avoir besoin des autres pour faire son travail. Les individualités doivent aussi faire confiance à un membre pour résoudre un problème ou trouver une réponse à une question. La complémentarité des compétences joue ici un rôle crucial.

Comment développer l’intelligence collective dans votre organisation ?

L’intelligence collective a besoin de temps et d’espace pour s’exprimer. Le premier facteur de réussite consiste à créer des zones de confiance et de libre expression pour les salariés. Cela peut être des salles de créativité, des équipes transversales pour travailler sur un projet multidisciplinaire ou encore une organisation décentralisée pour que chaque individu puisse se révéler.

Ce qui compte, c’est de ne pas juger et de développer un état d’esprit bienveillant. Car développer un vrai travail d’équipe passe par une écoute et une considération des membres de l’équipe. Devenir les Avengers de l’innovation prend forcément un peu temps. 

Pour accélérer ce temps, il existe des outils destinés à booster l’intelligence collective. La technologie devient alors une partie prenante d’une organisation intelligente, où l’idéation et la contribution collective permettent de faire émerger une nouvelle dynamique.

La gestion des équipes au travail est en constante évolution. Non seulement les besoins changent selon les générations, mais les attentes des clients sont de plus en plus exigeantes. Avec un outil d’intelligence collective, il est donc facile de résoudre la plupart des problèmes que rencontrent un groupe, un service ou un business-unit. C’est un levier pour proposer de nouvelles idées et enrichir les contributions des autres afin que la force du collectif l’emporte sur les prétentions individuelles.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” .
Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective
ou contactez-nous.