On ne lance pas un programme d’intrapreneuriat uniquement pour le plaisir. Celui-ci doit avoir un but à atteindre afin d’apporter une valeur à l’entreprise. Or, des objectifs, il peut y en avoir plusieurs, selon le niveau de maturité de l’organisation. Par définition, l’intrapreneuriat est une démarche radicale.

Elle vise à inciter les salariés à sortir de leur cadre habituel pour leur donner l’espace nécessaire afin d’exprimer leur créativité. Mais les objectifs de cette démarche peuvent servir différentes attentes, tant d’un point de vue business que d’un point de vue organisationnel. Illustration avec 5 d’entre eux.

Accompagner la transformation de l’entreprise

Depuis 10 ans, la révolution numérique transforme le quotidien et l’organisation des entreprises.

Certaines ont pris le virage très tôt et ont investi sur l’innovation et les nouvelles technologies, quand d’autres ont misé sur l’attentisme avant de se lancer. Or, le retard accumulé ne fait que creuser une dette numérique qui ralentit ou paralyse la marche en avant et le développement de l’activité. 

Transformer l’entreprise de l’intérieur ne repose pas uniquement sur la technologie. C’est aussi une approche qui nécessite d’extraire les idées des collaborateurs, qui vivent parfois des frustrations quotidiennes sans pouvoir s’exprimer, afin de les transformer en projets. 

L’intrapreneuriat joue ici un rôle important. Il touche toutes les couches de l’entreprise et peut accélérer la transformation et le changement d’état d’esprit afin de (re)construire un modèle plus agile, plus réactif et capable de (re)prendre de l’avance sur le marché et sur ses concurrents.

Inventer les produits et services du futur

Dans un monde en plein mouvement, il est impossible de rester statique. Vos offres doivent régulièrement s’améliorer pour s’enrichir de nouveaux services ou de nouvelles fonctionnalités. Or, il est bien plus confortable d’améliorer les processus internes, que de se pencher sur ses produits et services, dont les évolutions pourraient impacter l’organisation de l’entreprise.

Cette crainte, les intrapreneurs ne l’ont pas. En leur donnant pour mission d’inventer l’offre du futur ou d’inventer un produit innovant, ils se libèrent des contraintes structurelles pour se projeter à 2, 5 ou 10 ans.

C’est ainsi qu’un collaborateur de chez Google a inventé Gmail, ou qu’un ingénieur de chez Kodak a inventé le premier appareil photo numérique… qui a été fermement rejeté par la direction de l’époque, avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui.

Repenser le business-model de l’organisation

Se reposer sur ses acquis constitue la plus grande menace pour une entreprise. Et c’est justement là que les intrapreneurs peuvent être utiles. Sans limites et sans contraintes, ils peuvent inventer le futur de l’entreprise en proposant des idées et concepts qui forcent l’activité à se réorganiser. Lorsque Netflix est passé de la location de DVD par la poste au streaming vidéo, les premières années ont été difficiles.

Et pourtant, ce changement radical de business-model a précisément fait le succès de l’ancienne start-up. Tous les projets intrapreneuriaux ne sont pas des réussites, loin de là. Mais lorsqu’ils fonctionnent, le retour sur investissement peut être conséquent, à condition que le programme d’intrapreneuriat ait reçu l’aval et le soutien de la direction.

Créer une structure interne d’accompagnement à l’innovation

Avec la tendance de l’open innovation et la mode des start-up, de nombreuses entreprises se sont lancées dans la création de structures d’accompagnement à l’innovation. Hélas, malgré le temps, l’énergie et le budget investi, certaines sont juste des coquilles vides sans réels projets.

Créer un programme d’intrapreneuriat permet justement de donner un second souffle à cette dynamique. Puisque les structures existent, il suffit de les « remplir » avec de nouveaux talents et de nouvelles idées.

Fidéliser les talents les plus prometteurs 

Un intrapreneur qui n’a pas les moyens ou l’espace pour s’exprimer a deux possibilités devant lui. La première est de se transformer en salarié désengagé. Il fait le minimum, ne s’implique dans rien, partage sa mauvaise humeur ou son état d’esprit délétère, et peut même, à l’occasion, faire partie des contestataires. 

La deuxième est de quitter l’entreprise. Il part à la concurrence ou développe une nouvelle activité. Le chef d’entreprise pense faire une bonne affaire en le laissant partir, alors qu’il aurait pu apporter une vraie ajoutée en interne. 

Détecter et fidéliser les intrapreneurs constitue un objectif stratégique, car c’est sur eux que repose aussi le futur de l’organisation. De plus, une fois identifiés et accompagnés, vous aurez l’assurance de ne plus les compter parmi les désengagés ou les démissionnaires.

Un programme d’intrapreneuriat est multifacette. Il touche tous les rouages de l’entreprise, mais nécessite d’être cadré. Bien définir son objectif permet de trouver les bons outils pour gérer un programme d’intrapreneuriat, afin de transformer des idées en projets, et des projets en business.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” .
Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective
ou contactez-nous.