Qualifiée également d’innovation “ouverte” ou “distribuée”, l’open innovation est un processus de mise en relation entre plusieurs acteurs extérieurs provenant de différents secteurs. Basée sur le partage d’idées et le travail collaboratif, l’open innovation a, jusqu’alors, été la préoccupation des services de Recherche et de Développement. Aujourd’hui, l’entreprise se décloisonne et profite des apports de collaborateurs externes.


Qu’est-ce que l’open innovation ?

L’open innovation aide à la recherche de nouvelles idées ou produits sans s’appuyer uniquement sur le pôle R&D d’une seule et même entreprise. Elle a pour but de développer une innovation. Elle fait appel à des acteurs extérieurs comme des clients, des partenaires, des étudiants ou des acteurs internes n’ayant aucun lien avec le service de R&D. En ce sens, l’open innovation est tout sauf un processus sclérosé et renfermé sur lui-même.

Effet de mode ou vrai outil de productivité ?

La concurrence est très rude entre les entreprises présentes sur le marché de l’innovation. Aussi, il faut savoir s’entourer de personnes compétentes et de confiance… Faire usage de partenariats permettrait de se démarquer du lot. Sur le papier donc, l’idée semble avantageuse et profitable à tous, mais en réalité les choses sont bien différentes. Les entreprises adhèrent au “phénomène” marketing, non à l’idée en elle-même. Elles s’entourent de partenaires pour l’image et accumulent les collaborations d’un nouveau type pour leur communication personnelle.

L’open innovation : aubaine marketing pour les grandes entreprises, mauvais pari pour les start-ups ?

Un regard différent porté sur l’open innovation

Pour les grands groupes comme pour les start-ups, l’innovation est devenue un but poursuivi activement. Mais la start-up peut-elle prétendre jouer dans la même cour que la multinationale ? Difficile de concurrencer… Être une grenouille et vouloir se faire aussi grosse qu’un boeuf, c’est risquer trop de dommages collatéraux pour une jeune entreprise.
De plus, et comme nous le soulignions en amont, les deux catégories font appel à l’open innovation pour des raisons – en partie – différentes : si pour la start-ups le but est de développer de nouveaux projets innovants, pour les grandes entreprises l’objectif est relativement plus marketing.

Une difficulté d’adaptation aux contraintes des grands groupes

Dans les faits, la start-up est plus souvent celle qui aide que celle qui est aidée. Le schéma est inversé : les grandes sociétés font appel à la matière grise des acteurs présents au sein de nouvelles start-ups, mais rarement le contraire. Pour ces jeunes entreprises, l’open innovation peut même s’avérer catastrophique : en évoluant à deux vitesses différentes, la start-up et le grand groupe ne se comprennent plus et finissent par pâtir de cette collaboration peu fructueuse.

Vers quelle voie se tourner pour innover et réussir ?

Favoriser l’intelligence collective en interne

On pense – parfois à tort – que l’herbe est toujours plus verte ailleurs. Pour une start-up, il est nécessaire de développer une intelligence collective au sein même de l’entreprise. Pour ce faire, plusieurs outils de communication, de mise en relation et de développement d’idées peuvent être mis en place. Solliciter le savoir et l’expérience de chacun peut aider au processus d’innovation, sans avoir nécessairement à passer par la case “collaboration externe”.
Miser sur la complémentarité des outils d’innovation collaborative

Pas de méprise toutefois ! Le rejet total de l’open innovation n’est très certainement pas la bonne solution. Si une entreprise souhaite se démarquer de la myriade d’idées proposées par ses concurrents, seul un recours aux différents outils d’innovation peut l’aider. Il ne s’agit pas, alors, de privilégier un outil plutôt qu’un autre mais de mettre à l’oeuvre toutes les méthodes disponibles. Ainsi, l’intrapreneuriat, l’open innovation et l’intelligence collective se pensent ensemble, dans un souci de faire avancer les projets menés par l’entreprise.

Développer la communication entre salariés grâce à des plateformes de travail collaboratif

Pour innover, la meilleure manière est de faire appel à la finesse d’esprit de vos employés. En effet, mettre les acteurs de votre société au défi stimulera leur prise d’initiative, leur donnant la confiance nécessaire pour proposer de nouvelles idées. Le coeur d’un programme d’innovation est de solliciter l’intelligence collective de l’entreprise en misant sur des méthodes ludiques et distrayantes. Ce concept en appelle donc à la beauté de l’imprévu, à la (bonne) surprise d’une idée venue d’ailleurs.

Le tout est d’encourager la prise de parole des salariés, d’écouter les idées qu’ils ont à proposer et de les aider à développer un projet innovant s’ils font part d’un sujet prometteur. Privilégier ce rapport, c’est donner sa chance à n’importe qui et valoriser l’apport de tout un chacun.

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” .
Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective
ou contactez-nous.
Vous pouvez également commander mon livre sur l’innovation.