L’un des outils les plus développés de l’intelligence collective est incontestablement le digital. Aujourd’hui, il est nécessaire de “connecter” les salariés entre eux, de créer un accès à l’information qui soit fluide et compréhensible par tous.
Les logiciels de mise en relation entre les différents acteurs d’une entreprise s’attachent à améliorer certains points nécessaires au bon fonctionnement de la structure (communication, organisation, stratégie, etc.).

Oubliez les 4 réunions d’équipe par an ou la boîte à idée posée dans la cafétéria : grâce à ces nouveaux outils, la communication se fait plus pro-active.

Le développement des plateformes numériques

En faisant le choix de l’intelligence collective, les entreprises assurent l’amélioration des relations entre employés et une dynamisation de la productivité.

La mise en place de l’intelligence collective au sein d’une entreprise nécessite certains outils clés. L’idée est de pouvoir réunir un collectif assez important à l’aide d’animations en ligne (challenges, défis, concours, etc.) ayant pour but d’amener à communiquer une idée potentiellement utile à la communauté.

Autrement dit, l’intelligence collective s’oriente autour de deux axes : partager des idées et converger vers une solution commune.

Les plateformes numériques permettent de faciliter l’ « idea management » ou management des idées, une méthode souvent associée à l’innovation participative, bien que toutes les idées intéressantes ne soient pas forcément des innovations à proprement parler.

La mise en place d’un système de management des idées (SMI) peut correspondre à plusieurs objectifs :

  • améliorer la performance de l’entreprise,
  • favoriser l’écoute,
  • reconnaître le savoir-faire,
  • ou encore valoriser les collaborateurs.

En ce sens, le développement des plateformes numériques couplé au management des idées peut donner lieu à la révélation de compétences ignorées au sein de l’organisation et faciliter de nombreux aspects organisationnels.

L’innovation collective en ligne : quels avantages pour votre entreprise ?

Les outils au service de l’intelligence collective et de l’innovation sont nombreux et efficaces.

Mais quels sont les réels avantages à tirer d’une telle stratégie ?

L’intelligence collective repose sur un élément clé : la bonne communication. Sans un respect et une écoute de la parole d’autrui, le plurilogue est rompu et la recherche d’un objectif commun ne peut se faire.
L’innovation collaborative passe par la mise en oeuvre d’un système de communication performant. Rassembler au sein d’un même outil toutes les données essentielles au bon fonctionnement de la structure doit être la priorité de l’entreprise.

De nouveaux objectifs atteints et un ROI dynamisé

L’apparition de ces nouvelles méthodes de communication et d’échange favorise le ROI de l’entreprise. Les outils de l’intelligence collective, en ce qu’ils offrent un accès privilégié à la transmission des savoirs, permettent de faire émerger de nouveaux projets. Investir dans ces nouvelles méthodes, c’est comprendre que la manière de travailler au sein des entreprises doit prendre un tournant : celui de l’innovation.

Un climat social d’entreprise agréable et stimulant

Enfin, en laissant à la majorité une marge de manoeuvre importante dans l’élaboration de nouveaux projets, votre entreprise s’assure un climat plus apaisé. Chacun participe à son échelle et retrouve l’envie et le désir de faire avancer les choses. Les participants s’engagent ensemble pour développer une entreprise à leur image : dynamique et innovante.

Les limites des outils au service de l’intelligence collective

Si les différents soutiens à l’intelligence collective et à l’innovation participative présentent des avantages considérables, ils peuvent aussi être à l’origine de certaines contraintes. La richesse des échanges entre les salariés semble parfois noyée sous un flot trop important d’idées. Comment l’intelligence collective fonctionne-t-elle lorsqu’elle est dépassée par un “trop-plein” de propositions ? Et quels sont les risques qui découlent d’une utilisation abusive de ces outils ?

L’étape du tri et de la hiérarchisation des idées

Tout outil d’intelligence collective doit être impérativement adapté au flux d’informations qu’il reçoit. À ce titre, il est obligatoire d’envisager différentes sections ou catégories qui recenseront les diverses idées communiquées par les salariés.

L’aide d’un algorithme sera alors décisive et permettra de hiérarchiser le contenu. Mais d’autres questions essentielles nécessitent également d’être posées :

  1. La question pratique : “Telle idée peut-elle véritablement se transformer en projet ?”
  2. La question de l’agrément collectif : “Les participants apprécient-ils l’idée proposée ?”
  3. La question financière : “Ce projet est-il finançable ou hors de portée ?”

Ces différentes étapes ont pour rôle de présélectionner les idées afin d’en saisir tout le potentiel. Sans une attention minutieuse portée en amont sur le contenu proposé par les salariés, la force collective serait chaotique et, à terme, non productive.

Le piège de la dépendance

Un salarié impliqué – et qui se sent l’être aux yeux de l’entreprise – est un salarié qui aura plaisir à donner de son temps pour faire avancer les projets en cours. Toutefois, la volonté de participer à des buts communs a pour risque de mener à une “surimplication” : ne pas savoir déconnecter, continuer à travailler le week-end et les jours fériés, cogiter sans cesse sur les idées à exploiter, etc.

Ainsi, bien que la démarche soit absolument bénéfique à l’entreprise et à ses employés, il convient de définir des conditions de participation fixes afin de préserver le bien-être de tous. Il ne faut jamais oublier que seuls le volontariat et l’envie sont à l’origine de la participation du salarié. Une entreprise n’est pas en droit d’obliger ou de contraindre qui que ce soit à participer à un programme d’échanges d’idées.

La question de la propriété :

La dernière difficulté est celle qui a à voir avec la question de la propriété. Celui qui voit son idée concrétisée en projet, ne risque-t-il pas de réclamer un bien ? Comment faire la part des choses entre le personnel et le collectif ? En réalité, il faut partir du fait que toutes les idées proposées par les salariés appartiennent à l’entreprise. Libre à elle, ensuite, de verser une prime ou de saluer l’effort du salarié qui aura vu son idée être sélectionnée.

Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective. Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” ou à nous contacter.

Vous pouvez également commander mon livre sur l’innovation.