Lorsqu’on dit “programme d’intrapreneuriat”, on entend “résultat”. Or entre la verbalisation d’une idée et sa concrétisation, il peut s’écouler des mois voire des années.

Au vu des subtilités inhérentes à un tel programme, il est nécessaire d’être particulièrement vigilant et repérer les failles qui pourraient nuire à tous vos efforts.

Dès lors, comment mener sereinement son programme d’intrapreneuriat ? Y a-t-il des pièges à éviter ? 

1. Omettre l’importance des tests et des résultats

Le propre de l’intrapreneuriat, c’est de trouver une idée innovante et de la mener le plus loin possible. Lorsque vous vous appuyez sur des plateformes collaboratives ou des outils d’intelligence collective plus classiques (brainstorming, mind mapping…), un flot d’idées parvient à vous.

Comment effectuer une sélection ? Bien que certaines données aient un impact important sur le choix (le caractère séduisant, intriguant, inédit de l’idée), le projet doit être sélectionné selon son potentiel.

C’est pourquoi effectuer des tests, des sondages ou encore des essais (maquettes, prototypes…) est déterminant ! Ce n’est qu’en étudiant toutes les facettes de l’idée (utilité, concurrence…)  que vous parviendrez à savoir s’il est intéressant (et possible !) de la concrétiser. 

2. En vouloir trop, trop vite 

Une idée innovante demande, parfois, des nouvelles méthodes de travail à mettre en place. C’est toute une organisation qui est repensée autour du projet de manière à augmenter les chances de réussite de celui-ci. Cela signifie donc que, à l’image de ce que nous disions ci-dessus, il faut “essayer”.

Il se peut qu’il faille du temps avant de trouver la bonne équipe, la bonne configuration de travail, les bonnes méthodes aussi. L’efficacité est le coeur d’un programme d’intrapreneuriat. Aussi, négliger les fondements qui porteront le projet risque de nuire à son succès. Il est donc inutile d’en vouloir trop, trop vite.

Un programme d’intrapreneuriat se conçoit sur le long terme, avec des changements et/ou ajustements en cours de route. Patience et engagement sont fondamentaux ! 

3. Ne pas avoir défini clairement une team d’intrapreneurs 

Nous parlions à l’instant de la “bonne” équipe. Mais quelle est-elle ? Et comment reconnaître les intrapreneurs dans une entreprise ? En réalité, il n’y a aucun moyen de connaître cette donnée d’emblée.

Les intrapreneurs se distinguent non pas parce qu’ils ont des traits communs, mais surtout parce qu’ils sont très différents ! Chacun apporte son expertise, sa pierre à l’édifice, sa touche personnelle. Ils peuvent provenir de différents secteurs et avoir des personnalités diamétralement opposées !

Pourtant, pour éviter que votre programme d’intrapreneuriat échoue, il est important que vous disposiez d’une équipe bien définie. Un petit conseil pour la constituer ? Portez votre attention sur les travailleurs désengagés. Ce sont eux qui cherchent à redonner du sens à leur travail, sens qu’ils retrouveront sans doute en s’impliquant dans un nouveau projet. 

4. Négliger l’aspect collaboratif d’un programme d’intrapreneuriat

Mais ce n’est pas parce que vous avez défini une team que tous les salariés de votre entreprise doivent être écartés du projet. En réalité, l’intrapreneuriat est un phénomène collectif : il ne doit pas être réservé qu’à un “petit groupe”, au risque de créer frustrations, jalousies et tensions au sein de l’entreprise.

Ainsi, le programme d’intrapreneuriat doit être géré par certaines personnes mais ouvert à tous ! C’est ce qu’on appelle d’ailleurs la force de la complémentarité : un seul projet, différents profils et des milliers de connexions.

Du chef de projet au data analyst en passant par le business developer, tous doivent être tenus au courant de l’avancée du projet et pouvoir intervenir dessus. 

5. Baisser les bras face au moindre obstacle 

Parce que les premiers résultats peuvent tarder à arriver, le programme d’intrapreneuriat est parfois boudé par ceux qui souhaitent un ROI rapide. La vérité, c’est qu’un tel programme est à concevoir sur le long terme. La prise de risque, lorsqu’elle bénéficie de toutes les conditions pour bien se développer, est porteuse de beaux résultats.

Cela demande une certaine constance dans le travail, une détermination qui résiste à toutes les épreuves, un goût pour le risque aussi. Quand bien même vous seriez confrontés à un échec, il ne faut surtout pas baisser les bras.

En travaillant sur les causes de cet échec, en analysant les erreurs que vous avez pu commettre, en discutant avec les personnes impliquées dans ce projet, vous pourrez trouver la source du problème et partir sur de meilleures bases.

En évitant ces quelques pièges, les chances de réussite de votre programme intrapreneurial sont optimisées. Prendre conscience qu’un tel programme est un écosystème qui a besoin de certaines conditions pour se développer est primordial. Rigueur, persévérance et investissement seront la clé de votre réussite ! 

Si cet article vous a plu, je vous invite à télécharger notre livre blanc : “Innovation collaborative les clés pour ne pas se planter” .
Besoin de mettre en place un programme d’innovation au sein de votre entreprise ? Pour cela, prenez connaissance de notre plateforme d’intelligence collective
ou contactez-nous.